#2- Ventilation de garage - Choix du matériel

, par Patrice Freney

J’ai choisi le matériel en fonction du cahier des charges que je me suis fixé, même si je sais, par expérience, que cela risque de changer au cours de l’évolution du projet.
On ne réussit pas la création d’un objet en une seule et unique fois, c’est ce que je répète à mes élèves en permanence. On avance, on essaie, on rate, on recule, on avance à nouveau, jusqu’à la réussite.

Donc, pour l’instant, voici la liste du matériel envisagé :

  • un microcontrôleur Arduino Uno R3 : économique, nombre d’entrées/sorties largement suffisant, faible encombrement, beaucoup de matériels compatibles, possibilité de brancher une carte de prototypage sur le dessus, pilotable par macOS.
  • une carte de prototypage compatible Arduino R3 pour placer les quelques composants électroniques (résistances) nécessaires et rajouter des connecteurs.
    Vue de dessus :
    Vue de dessous :
    Vue de la carte assemblée sur l’Arduino :
  • un écran LCD 2004 : 20 caractères sur 4 lignes compatible Arduino. Je me suis tourné rapidement vers un écran plus grand que le Picaxe (16 x 2), car pour afficher quelques informations en permanence, deux lignes ne suffisent pas. De plus, je n’étais pas vraiment limité par l’encombrement en façade.
  • deux sondes de température DS18B20 étanches, compatibles Arduino. Une de longueur 1 m (intérieur), l’autre de longueur 5 m (extérieur).
  • une alimentation 9V / 3A pour le microcontrôleur Arduino.
  • un connecteur Jack avec bornier à vis pour l’alimentation ci-dessus.
  • un module relais 5V compatible Arduino, avec coupure 230 V / 10 A.
  • un interrupteur à bascule : alimentation générale.
  • un interrupteur à bascule : activer/désactiver l’écran
  • un interrupteur à bascule trois positions pour la ventilation : forcée ON / forcée OFF / ventilation normale.
  • un potentiomètre qui permet le réglage de la température idéale. J’étais parti sur un réglage en dur dans le programme avec une température préréglée, 25° par exemple, avec possibilité de réglage ensuite par un bouton "+" et un bouton "-", mais en cas de coupure de courant, la température revenait à celle qui était prédéfinie. J’ai changé pour un potentiomètre, car même en cas de redémarrage de l’Arduino, il prend de suite la valeur réglée par ce potentiomètre. La valeur du potentiomètre n’a pas vraiment d’importance. J’ai pris un 20 KΩ que j’avais en stock.
  • un connecteur USB châssis USB 2.0 A/B. Un câble sera relié directement à l’Arduino.
  • une boîte de dérivation étanche pour tout placer en sécurité 210 x 170 x 70 mm.

Prochaine étape, petit programme pour la simulation des températures.