Freney.net

Apple Mac Pro 2008, douze ans après, le bilan

, par Patrice Freney

Douze ans ! C’est le temps d’utilisation de mon ordinateur jusqu’à son récent remplacement, enfin pas tout à fait, car je vais encore en avoir l’utilité.

Ce n’est pas tant pour ses performances que je l’ai remplacé, mais par le fait que je ne puisse plus installer d’applications récentes ni les derniers systèmes d’exploitation, et encore, j’ai un peu forcé la main.

Petit retour en arrière…
Fin 2008, j’achète un Mac Pro avec une bonne réduction, car j’ai un accord avec Apple France et le service Éducation. Je peux ainsi bénéficier d’une réduction de 35 % sur une configuration deux fois par an.
Inutile de dire que j’ai changé souvent de Mac à cette époque.

Je me paie donc un Mac Pro, deux processeurs Intel Xeon fonctionnant à 2,8 GHz et ayant chacun quatre coeurs, 2 GB de Ram, 320 GB de disque dur. La carte graphique est une ATI Radeon HD 2600 XT pouvant connecter deux moniteurs.

Cette machine a la particularité d’être très complète, autant en interne qu’en externe. Présentation :

Deux ports USB 2.0 et deux ports FireWire 400 et 80, ainsi qu’une prise casque à l’avant.

À l’arrière, trois ports USB 2.0, deux ports FireWire 400 et 800, deux ports Ethernet Gigabit, deux ports entrée et sortie optiques pour le son en numérique, deux ports entrée et sortie pour le son analogique.

Quatre logements pour accueillir des cartes PCI, quatre baies pour installer quatre disques durs, huit logements pour les barrettes de mémoire.

Je rajoute de suite 4 GB de mémoire pour monter à 6 GB et des disques durs.

Je connecte deux écrans Apple de 23" que je possède déjà.
Le système d’exploitation installé est Mac OS X version 10.5.
Bref, une vraie bête de course. Ravi.

Le temps passe et je modifie un peu la configuration originale en fonction des besoins qui augmentent. Je rajoute encore de la mémoire et des disques durs tout en passant toutes les versions OS X du système d’exploitation, sauf une, OS X 10.10 (Yosemite), que je trouvais lente et peu aboutie (jugement strictement personnel).

En passant sous El Capitan, OS X 10.11, un net ralentissement se fait ressentir, allant jusqu’à m’empêcher de travailler lorsque plusieurs tâches fonctionnent simultanément.
Solution, changer le bon vieux disque dur mécanique à plateau par un disque SSD. Je n’avais pas encore franchi le pas, car j’ai besoin de 1 TB et cette capacité est encore chère. Les performances s’améliorent, mais ce n’est pas encore optimum, car le bus SATA limite le débit en lecture et en écriture. En gros, un gros réservoir, mais limité par un petit tuyau…
Solution ? Rajouter une carte PCI qui supportera le disque SSD et augmentera encore les performances, avec un bus plus rapide que celui du SATA au niveau du logement des disques durs. J’en avais parlé .

Je gagne de la fluidité, mais j’atteins les limites théoriques imposées par Apple. Le prochain système d’exploitation, Mac OS X 10.12, ne pourra pas être installé officiellement sur cette machine.

La machine, en configuration finale, est de 32 GB de mémoire, 1 disque SSD 1 TB sur carte PCI, 4 disques de 4 TB, 2 x 2 TB, et 1 TB, deux cartes graphiques reliées à trois moniteurs 23", une carte USB 3.

Le clavier est toujours filaire (je n’aime pas les claviers sans fil), et une Magic Mouse 2.

Grâce à "macOS High Sierra Patcher Tool" de dosdude1, j’ai pu installer, non officiellement, macOS 10.13 et me donner encore quelques mois de plus au niveau des logiciels. Ce sera le dernier. macOS Mojave (10.14) et macOS Catalina (10.15) auraient pu être installés, mais je commençais à avoir quelques bugs graphiques avec quelques logiciels, et j’ai eu peur d’avoir des ralentissements supplémentaires.

Parlons argent maintenant, parce que bon, acheter une formule 1 (de l’époque), c’est bien, mais est-ce que c’est rentable dans le temps ?

Je rappelle que je ne suis qu’enseignant, et que je ne tire aucun bénéfice financier de ma machine, contrairement à un professionnel qui va rapidement amortir sa machine d’un point de vue comptable, en revendant son travail.

Le Mac a été acheté avec une très bonne réduction, et pour être honnête, elle a beaucoup aidé. Cette réduction s’est arrêtée en 2010. Auparavant, j’arrivais à acheter une machine par an, ce qui me permettait d’être toujours à jour. Apple en a décidé autrement, vaste et autre débat…

Voici un petit tableau récapitulatif des frais de cette machine.

Je n’ai pas compté les deux moniteurs Apple, je les avais déjà, et je n’ai pas compté non plus les différents disques durs, car j’en ai acheté quelques-uns, soit pour ce Mac, soit pour mon serveur.
J’ai récupéré, en achetant un Mac mini pour une utilisation spécifique, un autre moniteur AOC de 23" que j’ai branché au Mac Pro. Trois écrans, c’est bien ! ;-)

J’arrive donc à une somme de 2405 € pour douze années d’utilisation, soit 200 € par an, soit 16,44 € par mois, soit 55 centimes par jour. Vous avez suivi ?

Même tableau, mais en rajoutant les écrans, histoire d’avoir une configuration complète :

Je passe à 297 € par mois, soit 81 centimes par jour.

Question suivante : est-ce qu’il faut mieux acheter un ordinateur puissant et cher, et le garder longtemps ou alors acheter une configuration moins chère, mais qui est renouvelée plus souvent ?

Et bien, je n’ai pas vraiment la réponse…
200 € par an, sans les écrans et avec une bonne réduction, cela fait une somme, mais la machine a été fiable (0 panne) et surtout, est toujours très performante pour une utilisation classique. Ne pas oublier non plus la remise de l’époque sans laquelle j’aurais hésité un peu plus à l’acheter.

L’avantage de ce type de machine est qu’elle était évolutive, ce qui n’est plus vraiment le cas maintenant chez Apple. La mémoire est intégrée à la carte mère, tout comme le SSD. Seuls quelques rares modèles (chers) échappent au "tout soudé".
Donc non, comme ce n’est plus possible de faire évoluer les machines Apple, dans mes tarifs bien évidemment, la politique à appliquer sera "acheter moins cher et changer plus souvent". Pas vraiment le choix en fait.

J’en parlerai dans un autre article, mais ce valeureux Mac Pro a été remplacé par le nouveau modèle de Mac mini, avec puce Silicon.
Comme toutes mes applications, 32 bits ou pour de la virtualisation Windows, ne sont pas compatibles, je vais donc devoir l’utiliser encore quelque temps. Puis bon, comme il est relativement blindé de disques durs, cela fera un très bon support pour les sauvegardes. Reste à savoir combien de temps va-t-il encore rester sur mon bureau. Le moins de temps possible j’espère…

Il reste, à ce jour, l’ordinateur qui a le plus été utilisé et surtout le plus longtemps. Mon MacBook Pro de 2009 va-t-il le dépasser ?


Derniers articles

  • Ajouter un siège chauffant dans une Peugeot 206

    , par Patrice Freney

    À l’approche de l’hiver, et ce depuis quelques années, je rajoute un siège chauffant dans ma voiture, une bonne vieille Peugeot 206, qui affiche fraichement ses 20 printemps. Pour des raisons médicales et de confort, faire les premiers kilomètres le dos au froid dans sa voiture en allant au travail, (...)

  • #14 Restoration du LISA, le clavier

    , par Patrice Freney

    Les claviers du LISA, c’est simple, ils meurent tous… C’est par cette phrase que j’ai décidé de commencer cet article. Pourquoi ? Tout simplement parce que lors de mes essais, j’ai forcément eu besoin, à un moment ou à un autre, d’un clavier. Et là, ce n’est pas compliqué, malgré les six ou sept que je (...)

  • #14 LISA’s restoration, the keyboard

    , by Patrice Freney

    The LISA keyboards, it’s simple, they all die... It was with this sentence that I decided to begin this article. Why? Quite simply because during my tests, I inevitably needed, at one time or another, a keyboard. And it’s not complicated, despite the six or seven I have, none worked. Whose fault (...)

  • #13 Restoration du LISA, l’alimentation électrique, premiers tests

    , par Patrice Freney

    L’alimentation est un peu compliquée à réviser sur un LISA, car elle est vraiment intégrée à la machine, et pour les tests de tension, ce n’est pas pratique du tout. Bon pour l’instant, je n’en suis pas là. Les connecteurs dans le LISA étaient corrodés, ceux de l’alimentation aussi.
    Ouverture de la bête. (...)