Freney.net

#14 Restoration du LISA, le clavier

, par Patrice Freney

Les claviers du LISA, c’est simple, ils meurent tous…
C’est par cette phrase que j’ai décidé de commencer cet article. Pourquoi ? Tout simplement parce que lors de mes essais, j’ai forcément eu besoin, à un moment ou à un autre, d’un clavier. Et là, ce n’est pas compliqué, malgré les six ou sept que je possède, pas un ne fonctionnait. À qui la faute ? Au temps, tout simplement.

En fait, les touches du clavier du LISA sont constituées de mousse, couverte de chaque côté par un bout de plastique rigide et un matériau type Mylar. C’est un procédé dit "capacitif" en électronique. En général, ce n’est pas la méthode la plus fréquente pour un clavier, un bon vieux contact électrique faisant très bien l’affaire.
Pour plus d’informations sur ce type de clavier fabriqué par Key tronics dans les années 80, je vous renvoie sur Wikipédia (en anglais).

Le problème au cours du temps, c’est que la mousse se contracte et se désagrège complètement. L’épaisseur originale n’est plus qu’un vague souvenir et le rôle capacitif est absent.

C’est un problème connu et récurant de ce type de clavier. D’autres constructeurs ont fait appel à Key tronics pour leurs claviers, et tous les collectionneurs qui les possèdent connaissent le même souci et doivent réparer. Apple et son clavier de LISA ne sont pas une exception.

Petit tour du propriétaire :

À noter la fiche Jack 6.35mm qui sert de connecteur avec l’ordinateur.
Le clavier est daté de septembre 1983.

C’est parti pour le démontage. Cinq vis à enlever en dessous.

Séparation des deux parties inférieure et supérieure.

La partie où se trouvent les touches n’est maintenue que par pression. Pas de vis.

En revanche, quelques vis à enlever pour séparer les parties mécanique et électronique, ainsi que le fil du connecteur Jack.

C’est bien la société Key tronics le fabricant. Références A65-0292-056 et PCB -201Aa

Vue des mousses. Apparemment, deux ont déjà été changées par le passé. J’ai pris possession de ce clavier en 2002 et ce n’est pas moi qui ai fait cette réparation. Le problème se posait déjà…

Il faut tout enlever. Plus aucune trace couleur "métal" (ce n’en est pas) sur les pastilles. Rien d’étonnant à ce qu’aucune touche ne fonctionne.

Nettoyage à l’alcool.

La partie de la touche qui s’est décomposée est constituée :

  • d’un cercle de plastique rigide mis en place sur la touche jaune.
  • d’une mousse
  • d’un cercle de Mylar non conducteur
    Les deux cercles sont collés sur la mousse avec de l’adhésif double-face.

J’ai commandé des mousses directement avec du double-face sur les deux côtés, mais elles n’avaient pas la partie en Mylar. Je ne pouvais pas la récupérer non plus, trop compliqué à la garder en état, et trop chronophage à nettoyer, sans compter que je ne savais pas si le fonctionnement capacitif fonctionnait encore. J’ai préféré refaire directement des disques en Mylar.

Les bons outils :

Sur la photo ci-dessous, les mousses avec l’adhésif et sa protection jaune toujours en place, les disques de Mylar fraichement découpés, et une mousse reconstituée prête à être collée.

Mise en place des nouvelles mousses.

Après quelques essais rapides sur les touches déjà reconstituées, il faut terminer l’ensemble du clavier…

Démontage complet des touches pour nettoyage en profondeur. Les ressorts, s’ils sont mis en vrac dans une boite, c’est très pénible et chronophage de les séparer. Un bout de bois, des vis et quatre pieds font l’affaire, surtout que des claviers de Lisa à restaurer, j’en ai quelques-uns.

Petit puzzle à faire :

Nettoyage des plastiques et des touches. Douche habituelle…

Remontage de l’ensemble le lendemain après une bonne nuit de séchage.

Mise en place du ressort, puis de la touche par dessus.

Le clavier reconstitué, avec des touches dans un état assez proche du neuf.

Les essais ont été concluants. Toutes les touches fonctionnent de nouveau. Le bruit que fait un clavier mécanique n’a rien de comparable avec les claviers modernes. À essayer absolument ! ;-)

Ah oui, dernière chose, j’ai aussi son emballage original. :-)
Même si l’autocollant "Macintosh XL" a été rajouté par dessus, le logo "Lisa" est visible sous cette étiquette.

Bon, un clavier de fait, il reste les autres. Cette restauration a été très chronophage. 77 touches à nettoyer et reconstituer ne se fait pas en quelques minutes, mais je suis content d’avoir un clavier pleinement fonctionnel et dans un état cosmétique quasi parfait.

To be continued…


Derniers articles

  • #14 LISA’s restoration, the keyboard

    , by Patrice Freney

    The LISA keyboards, it’s simple, they all die... It was with this sentence that I decided to begin this article. Why? Quite simply because during my tests, I inevitably needed, at one time or another, a keyboard. And it’s not complicated, despite the six or seven I have, none worked. Whose fault (...)

  • #13 Restoration du LISA, l’alimentation électrique, premiers tests

    , par Patrice Freney

    L’alimentation est un peu compliquée à réviser sur un LISA, car elle est vraiment intégrée à la machine, et pour les tests de tension, ce n’est pas pratique du tout. Bon pour l’instant, je n’en suis pas là. Les connecteurs dans le LISA étaient corrodés, ceux de l’alimentation aussi.
    Ouverture de la bête. (...)

  • Sauvegarder les données d’un disque interne Widget de Lisa

    , par Patrice Freney

    Lors de la récupération de matériels de janvier dernier, il y avait un LISA 2/10, c’est-à-dire un LISA 2 avec un disque interne de 10 Mo. À ma grande surprise, lors des tests, le disque dur a non seulement démarré, mais est monté sur le bureau du LISA, tranquillement, après des années de stockage et de (...)

  • #12 Restauration du LISA, le lecteur de disquettes 400 ko

    , par Patrice Freney

    Ce n’était pas vraiment la priorité de la restauration, mais j’en avais deux ou trois à réviser. Donc, quitte à nettoyer, puis tester ensuite, autant le faire à la chaîne.
    Le LISA 2, avec sa mise à jour, a hérité d’un lecteur de disquette 3,5" de 400 ko au lieu des deux lecteurs 5,1/4". Il s’agit d’un (...)