#0 - Restauration d’un ordinateur Apple LISA 2

, par Patrice Freney

Récemment, j’ai reçu un gros arrivage de matériels Apple.
Une petite vidéo postée sur Instagram vous donnera l’idée de ce que j’ai récupéré.

Parmi tout le matériel, deux ordinateurs Apple LISA, ou plus exactement LISA 2.

Apple Lisa 2 + clavier + souris (pas encore nettoyés)

Juste pour le côté un peu historique, LISA a été le premier ordinateur commercialisé avec une interface graphique, et donc, une souris, et ce, dès 1983. Une vraie révolution !
Le Macintosh, beaucoup plus connu, et toujours d’actualité, n’est sorti qu’un an après, quasiment jour pour jour.
Je vous laisse aller jeter un oeil sur Wikipédia pour les détails sur la série LISA.

Il existe plusieurs versions du LISA :

  • LISA original, ou LISA 1 : facilement reconnaissable, il possède deux lecteurs 5"1/4 sur le côté de l’écran. Pas de disque dur interne.
  • LISA 2 : à la sortie du Macintosh, et donc du lecteur de disquette 3"1/2, le LISA s’est offert un petit lifting avec le remplacement des deux lecteurs 5"1/4 par un lecteur 3"1/2 et un disque dur interne (5 ou 10 Mo).
  • Macintosh XL : c’est un LISA 2 identique d’un point de vue matériel, mais doté d’un émulateur Macintosh, donc devenu compatible avec les logiciels Mac, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Et puis, une autre version, aussi commercialisée par Apple, est apparue pour faire passer un LISA original en LISA 2, une mise à jour matérielle.
Cette mise à jour a permis à beaucoup de possesseurs de LISA 1 de passer à un LISA 2. Et cela a bien marché ! À tel point que les LISA 1 sont devenus rares, très rares.

Je reviens à nos moutons. Pourquoi cet article ? Allez, avouez, vous avez deviné. Oui, parmi les deux LISA reçus, un est un LISA 2 pur jus et l’autre est un LISA 1 mis à jour en 2.

Les LISA 1 sont reconnaissables en plusieurs points :

  • le numéro de série ne commence pas de la même manière
  • la face arrière au niveau des connecteurs n’est pas identique
  • deux des cartes mères sont physiquement différentes.

Il y a surement d’autres points, mais ce sont les principaux.

Le LISA 1 possède des piles à l’intérieur pour l’horloge interne, contrairement au LISA 2, et comme d’habitude, elles coulent et détruisent le matériel. Les piles sont souvent originales et donc ont une trentaine d’années.
Ceci a encore davantage raréfié le LISA 1.

La machine récupérée n’a pas échappé à cette règle, les piles ont coulé.

Quelques photos des dégâts :

Vue de la carte arrière. Les connecteurs sont aussi rouillés.
Les piles fautives. Les composants sont corrodés.
Le support métallique de la carte mère.
La carte mère salement amochée, y compris les connecteurs.
Les composants se sont dissous.
Le support métallique et ses connecteurs internes.

Je possède déjà quelques LISA 2, et très honnêtement, je ne me serais pas vraiment posé la question si je devais essayer de le remettre en état ou non. Démontage et stockage des pièces en état pour réparations ultérieures. Les LISA 2 sont assez courants.
Mais là, le problème est un peu différent, car une grande majorité de cartes du LISA 1 sont dans cet état, voire pire, et donc peu ont survécu.

Des piles qui coulent ravagent tout : composants électroniques, supports métalliques, visserie. J’ai même vu des plastiques abimés.

J’ai donc décidé très rapidement de voir si cette machine est récupérable ou pas, surtout qu’en plus, je ne sais même pas si elle fonctionnait avant.
Le problème financier du remplacement des pièces endommagées se posera après un premier bilan.

Ceci est donc le premier article d’une courte ou longue série pour tenter de sauver cette machine. Je ne promets rien, juste d’essayer, et je n’ai pas le résultat final.

À suivre donc…