#1- Ventilation de garage - Présentation et cahier des charges

, par Patrice Freney

Je possède un garage extérieur à la maison qui n’est pas isolé. Il y a bien une volige en panneau OSB sous les tuiles, mais côté isolation, ce n’est pas terrible. Bon, en même temps, pour stocker quelques cartons, matériaux et surtout deux voitures, pas besoin d’investir dans de l’isolation.
Pourquoi je vous parle de mon garage ? Parce que je me suis mis en tête il y a quelque temps de vouloir essayer d’améliorer un peu sa température intérieure. J’ai un autre projet plus conséquent pour la maison, et disons que c’est un coup d’essai.

En gros, pour résumer au niveau des températures à l’intérieur de ce garage :

  • l’été, il fait vraiment trop chaud, plus de 38° en 2019, alors que la nuit les températures tombent un peu. L’air a du mal à s’évacuer.
  • l’hiver, c’est très froid à l’intérieur, mais il ne gèle pas. Par contre, ce qui est dommage, c’est qu’il y a quelques jours avec du soleil qui réchauffe l’atmosphère, mais le garage n’est pas réchauffé pour autant.

Dans ces deux cas, le garage a tendance à garder une température, soit trop chaude, soit trop froide. J’ai donc décidé d’essayer d’améliorer un peu cette situation en renouvelant l’air intelligemment.

Pour commencer, j’ai placé un extracteur d’air en haut du garage (au plus près du toit. J’ai pris ce modèle : Aérateur S&P Silent 300 chez Leroy-Merlin.

Dans un premier temps, j’ai géré la mise en fonctionnement avec un simple thermostat STC-1000, histoire de voir si le garage ventilait ou non.

Résultat concluant pour le renouvellement d’air, mais cela ne m’allait pas, car seule une température réglée déclenchait ou arrêtait le ventilateur. Un peu simpliste, car en plein été, l’air chaud rentrait dès que la température était atteinte (25° si ma mémoire est bonne).

Il était temps de passer à la deuxième étape, avec un système, disons, plus intelligent.

Une sonde de température à l’intérieur du garage, une autre à l’extérieur, une gestion avec un microcontrôleur, et hop, c’était parti.

Je me suis orienté dans un premier temps chez la technologie Picaxe. J’avais déjà mis un peu les mains dans le cambouis au boulot avec les élèves, et j’avais quelques matériels à disposition. J’ai rapidement programmé une carte, mais je me suis heurté à plusieurs petits soucis techniques et économiques.

  • Picaxe a été très utilisé dans l’éducation en classe de technologie, mais s’est fait rattrapé et largué par une autre technologie : Arduino.
  • je suis sous Mac OS, et j’ai eu quelques soucis avec les logiciels et la gestion du matériel (drivers).
  • le coût : une carte Picaxe vaut une vingtaine d’euros quand on peut avoir une carte Arduino compatible à 3 €. Je voulais aussi avoir un écran LCD assez grand, et c’est devenu tout de suite plus galère à réaliser avec Picaxe. J’ai quand même acheté un écran LCD Picaxe officiel (16 caractères sur 2 lignes) pour 25 €, histoire d’aller jusqu’au bout de cette technologie. Un écran LCD 20 caractères sur 4 lignes vaut moins de 3 euros… Il suffit de taper "Arduino" sur un moteur de recherche pour s’apercevoir du nombre de matériels à disposition.

Mes premiers essais sous Picaxe :

J’ai donc rapidement laissé tomber Picaxe pour Arduino. Ça tombe bien, je devais m’y mettre pour le boulot, même si les élèves ne codent pas en "dur", mais à l’aide d’outils graphiques, plus simples pour eux. Pour moi, ce sera la ligne de code.


Réfléchissement Jean-Pierre, voyons le cahier des charges.

  • activer ou non la ventilation en fonction de 3 températures : une intérieure, une extérieure, et une de réglage.
    Le but est de se rapprocher le plus possible de la température de réglage, en activant un ventilateur, par l’intermédiaire d’un relais, lorsque deux situations se présentent, l’une OU l’autre :
    • Il fait trop chaud dans le garage (période estivale) : si le garage est trop chaud par rapport à la température de réglage ET que température extérieure est inférieure à la température intérieure (sinon l’air chaud va rentrer).
      si ((température intérieure > température réglage) AND (température extérieure < température intérieure)) -> ventilation OK
    • Il fait trop froid dans le garage (période hivernale) : la température du garage est froide alors qu’il fait chaud dehors (jours ensoleillés en hiver). La température extérieure doit être positive.
      Si température extérieure est supérieure à température intérieure ET que la température intérieure est inférieure à la température de réglage ET que la température extérieure est supérieure à zéro.
      si ((température intérieure < température réglage) AND (température extérieure > température intérieure)) AND ( température extérieure > 0) -> ventilation OK.
      C’est bon ? Vous avez suivi ? C’était le plus compliqué.
  • le moteur de la ventilation ne devra pas être activé avant un délai de quelques minutes, afin de ne pas le détruire avec des mises en fonctionnement et arrêt trop fréquentes.
  • la ventilation doit pouvoir être forcée manuellement en fonctionnement ou en arrêt.
  • un écran LCD affichera des informations en permanence (état de la ventilation, températures, progression du délai de la ventilation, curseur de fonctionnement…).
  • un interrupteur de coupure générale 230 V.
  • un voyant LED de basse tension et de fonctionnement de l’alimentation du microcontrôleur.
  • un moyen technique (logiciel ou autre) pour régler la température idéale
  • une prise USB externe pour intervenir sur le microcontrôleur (correction ou autre) sans ouvrir la boîte de dérivation.
  • deux sondes de température étanches.
  • un relais pour le branchement du moteur de la ventilation.
  • possibilité d’activer ou non l’écran. C’est une ventilation de garage, pas nécessaire que l’écran soit allumé en permanence.

Suite au prochain épisode, le choix du matériel.