Freney.net

Présentation du robot mBot de Makeblock

, par Patrice Freney

Depuis les changements du programme de Technologie lors de la réforme collège 2016, nous avons du investir dans des robots afin que les élèves puissent faire de la programmation appliquée à des objets connectés, pour tous les niveaux du cycle 4 (5e, 4e et 3e).

Quelques renseignements pris, et avis divers et variés plus tard, nous avons tranché pour le robot mBot du fabriquant Makeblock. Il fallait un robot solide - j’ai l’expérience des objets en plastique qui ne résiste pas vraiment dans les mains de nos chers élèves -, très accessible coté programmation (Scratch ou dérivé) avec les dernières technologies, et pour un prix accessible sachant que ce n’est pas un seul robot qu’il faut acheter, mais huit (sept îlots + un en plus en cas de souci et/ou pour le professeur).

Un robot mBot 1.1 sans fil 2,4 GHz coûte environ 90 €.

Après réception de la marchandise, séance découverte, et surtout "montage".

L’emballage est de bonne facture. Couvercle aimanté, carton solide, belle présentation.

À l’intérieur, tout est parfaitement à sa place. Un gage de qualité qui me rappelle un peu celui d’Apple.

Au premier étage, sont présent :

  • le châssis en aluminium anodisé de couleur bleue ;
  • les deux moteurs (dans le carton)
  • la platine principale, architecturée sur un coeur compatible Arduino .

Vient ensuite la notice.

Puis le second étage avec toutes les autres pièces : roues, modules électroniques, visserie, télécommande, câbles…

Les différentes pièces sont, lorsqu’elles sont petites, emballées et les cartes électroniques sont chacune dans un sachet antistatique.

La notice présente fait penser à LEGO ou MÉCANO.

Pour commencer à s’amuser, le robot est livré avec une piste en forme de 8.

Même le tournevis est présent, avec d’un côté un tournevis cruciforme et de l’autre une clé mâle six pans. En revanche, il manque une clé pour les écrous. Elle sera cependant présente dans les kits supplémentaires. Un oubli ?

La carte est protégée par un boitier plastique, fermé par quatre vis. Pratique dans une classe pour limiter les dégradations volontaires ou non.
Il est sérigraphié afin de faciliter le branchement.

Sur les bornes 1, 2, 3 et 4 seront branchés les modules électroniques (détecteur de ligne, capteur de distance, écran…). Les câbles et les connecteurs sont de types RJ11.
L’alimentation électrique peut s’effectuer soit par une batterie 3.7 Volts, soit par des piles ou un adaptateur secteur de 6 Volts.
Les deux moteurs seront connectés sur les ports M1 et M2.

Le câble USB "carré" est directement branché entre la carte et l’ordinateur.

Sans le couvercle, la carte est assez complète :

Sur la gauche de la photo (arrière du robot), sont disponibles :

  • un interrupteur ON/OFF ;
  • un connecteur pour rajouter une carte d’extension wifi ;
  • un bouton reset.

Sur la droite de la photo (avant du robot), sont disponibles :

  • deux LED à couleurs variables ;
  • un capteur de lumière ;
  • un bouton (pour un lancement de programme par exemple) ;
  • un émetteur et récepteur infrarouge ;
  • un buzzer.

Les deux moteurs et les deux roues :

En cas de casse éventuelle des roues, un petit kit est prévu.

Le châssis, d’une belle couleur bleue, est de très bonne fabrication. Il est taraudé afin de recevoir les vis, sauf les parties rondes de l’avant et la partie arrière où ce ne sont que de simples perçages.

Les deux câbles RJ11 ainsi que le câble USB qui sera utile pour la connexion à un ordinateur afin de programmer le robot :

Le sachet de visserie :

Le module détecteur de distance :

Le module suiveur de ligne qui sera fixé sous le châssis :

Le module Wifi 2.4Ghz, la carte ainsi que la clé. La clé sera connectée à l’ordinateur, et la carte insérée dans la platine à l’emplacement prévu. Cette liaison sans fil évitera la connexion permanente avec un câble lors de la programmation du robot.

Il reste toute la visserie, la roue avant et le Velcro :

Le boitier pour l’éventuelle batterie (j’y reviendrai plus bas), qui se clipse sous la platine :

Le coupleur pour les quatre piles :

Voilà, le tour du propriétaire de la boite est complet. Reste le montage relativement rapide, dix minutes environ.

Le robot une fois monté :

Au montage, je n’ai eu qu’un seul souci, le boitier de la batterie.
Ne voulant pas utiliser de piles avec les élèves, j’ai fait le choix de la batterie (13 €).

Moins de tension, 3.7 Volts au lieu des 6 Volts des piles, mais moins de manutention du robot (les piles sont logées en dessous de la platine), et surtout moins de gestion de piles, il y en a quatre par robot, soit vingt-huit piles pour les sept îlots…
En revanche, la batterie livrée ne correspond pas au boîtier. Le fournisseur m’a expliqué que les batteries normalement prévues ne tenaient pas la charge longtemps, vingt-cinq minutes environ, et qu’il avait préféré nous livrer ce modèle, plus endurant, mais physiquement incompatible. Bon. Pas le choix donc !

J’ai donc placé un "Velcro" adhésif sur la batterie et le dessous du boitier de la platine. C’est moins propre et plus accessible pour les élèves que le boitier livré, mais c’est relativement discret et simple à enlever.
Le Velcro est livré pour fixer le support à quatre piles.

Quelques photos supplémentaires du robot monté :


Bon, passons à la suite.

J’en ai profité pour commander quatre modules supplémentaires, un pour tous les robots, l’écran LED, et les trois autres pour voir ce que je pourrais éventuellement en faire, le pack "lumière et son", le pack "servo" et le pack "6 pattes".


L’écran LED (10 €) permet, grâce à une matrice de 8 x 16 LED, d’afficher des informations et des dessins. Les LED sont protégées par une plaque de plastique blanche translucide.

Le package reçu est très simple, tout comme le montage. Pas de notice pour ce pack :

Par contre, je voulais absolument garder le détecteur de distance et l’écran sur le robot, si possible à l’avant, et ce n’est malheureusement pas possible si la platine est dans son boitier de protection. Le connecteur force sur le châssis, et l’écran se retrouve penché. Erreur de conception ?

J’ai résolu le problème en usinant une entretoise en PVC expansé de cinq millimètres afin d’écarter l’écran du châssis.
Le fichier téléchargeable au format Galaad se trouve en fin d’article.

Une fois montée :

Plus de problème ! ;-)

En revanche, pour prendre les photos, si !
Les fréquences entre les lampes utilisées pour les photos, le capteur de l’appareil photo et l’affichage de l’écran LED ne sont pas vraiment compatibles, mais donnent des résultats assez drôles :

;-)

Même en ayant essayé un appareil et un smartphone, même combat !
Mais bon, j’ai à peu près réussi avec celle-ci :


Le pack "lumière et son" ajoute (27 €) quatre modules au robot.

Les modules rajoutés sont deux modules capteur de lumière (en haut), un module quatre LED RGB (en bas à gauche) et un module capteur de son (en bas à droite) :


Le pack "servo" (23 €) permet le rajout d’un servomoteur sur lequel peuvent être implanté d’autres modules comme le détecteur de distance.

Une fois en place :


Le pack "6 pattes" (23 €) ne rajoute que des éléments mécaniques. Je ne l’ai pas monté actuellement.


Voilà, ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère avoir été le plus précis possible dans la description de ce matériel.
Reste à préparer les activités...

Makeblock : http://www.makeblock.com/product/mbot-robot-kit


Derniers articles

  • Raspberry Pi 3, premières configurations : clavier, langue et VNC

    , par Patrice Freney

    Après l’article précédent sur l’installation du Raspberry Pi 3, il faut le configurer afin d’être plus à l’aise avec ce nano-ordinateur.
    Petit tour dans les préférences :
    En premier, le clavier. J’ai branché un vieux clavier Apple USB français, et bon, pas très pratique.
    Direction "Keyboard" dans (...)

  • Premiers pas avec un Raspberry Pi 3, découverte et installation

    , par Patrice Freney

    Au mois de décembre, j’ai craqué pour un "Raspberry Pi 3 Model B", pour plusieurs raisons, dont celle de ma curiosité informatique. Mais au fait, c’est quoi un Raspberry Pi ?
    Le Raspberry Pi est un nano-ordinateur de la taille, grosso modo, d’une carte de crédit. Ce qui est impressionnant, ce sont (...)

  • Mise à jour du site

    , par Patrice Freney

    Enfin ! Il était temps !!
    Dix ans se sont écoulés depuis la dernière mise à jour majeure de ce site, sauf qu’Internet ne m’a pas attendu, et surtout pas ses technologies. J’ai donc procédé à un petit lifting de l’interface, mise un peu plus au goût du jour, plus sobre, ré-organisé les rubriques, et j’en (...)

  • Avis de recherche

    , par Patrice Freney

    Dans ma quête du musée Apple que je compte ouvrir un jour, il me manque forcément des objets. Je n’ai pas vraiment de priorité, car priorité en collection veut dire fortuné, ce qui n’est pas mon cas.
    Voilà donc une liste de ce que je recherche. Pour certains objets, j’en possède déjà un exemplaire, (...)

  • Spam dans le calendrier iCloud

    , par Patrice Freney

    Ça fait quelque temps que je reçois des invitations directement dans mon calendrier, et ça me gonfle !
    Elles se présentent sous cette forme dans Calendrier sous OS X :
    et si on clique dessus :
    Je pourrais directement la refuser ou la supprimer. Le hic, c’est que dans tous les cas de figure, je (...)